Actualités

Gestion des ressources naturelles: Les scientifiques appuyés pour le contrôle de bois précieux

Les scientifiques jouent des rôles dans la mise en œuvre du plan d'action CITES à Madagascar. Le consortium qui est en charge vient d'être dotés d’importants moyens.

290 000 euros ont été versés pour le projet “Gestion durable des bois précieux Dabelrgia et Diospyros de Madagascar” (G3D). Une enveloppe qui servait à équiper le consortium “DBEV-ESSA-MBG” de plusieurs équipements de laboratoires, pour appuyer  scientifiquement l’Etat dans la mise en œuvre du plan d’action de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Il a été indiqué lors de la remise officielle de ces équipements que ce projet vise avant tout à mettre à la disposition de l’administration forestière, de la douane et des forces de l’ordre des outils d’identification des bois précieux et de former leurs agents dans ce sens pour faciliter la mise en place d’un mécanisme de contrôle efficace.

Pour rappel, la Grande île avait été appelée à plusieurs reprises à apporter des améliorations sur le document de mécanisme de vérification et le business plan pour la gestion efficace de ses stocks de bois de rose et de bois d’ébène. Ces documents traitent trois volets, à savoir la gestion de ces stocks, l’identification scientifique de toutes les espèces de bois précieux du pays ainsi que l’application de la loi concernant les infractions forestières.

L’embargo de la CITES sur les stocks de bois précieux de la Grande île reste par ailleurs maintenu. Ces stocks ne pourront pas être exploités, bien que les autorités malgaches aient déjà proposé des plans quant à leur utilisation.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page