Actualités

Limogeage de Conscient Zafitody: Les enseignants chercheurs demandent des explications à l’Etat

Le limogeage du président de l’université de Toamasina a fait du grand bruit dans le monde de l’enseignement supérieur. Les enseignants chercheurs revendiquent de plus amples explications appuyées par des preuves concernant le sujet.

Flou ! C’est de cette façon que le Syndicat des enseignants chercheurs et des chercheurs enseignants (SECES) qualifie le limogeage du président de l’Université de Toamasina, Conscient Zafitody. Ce syndicat exige des preuves tangibles par rapport à sa destitution d’après son président, le Pr Sammy Grégoire Ravelonirina. Les enseignants-chercheurs  exigent ainsi des comptes-rendus écrits concernant ce que l’Exécutif qualifie de “faute grave”. Tous les motifs évoqués dans le conseil des ministres comme la vente de véhicules, le détournement des bourses ou encore le recrutement d’employés sans l’aval du ministère ou du conseil d’administration doivent être prouvés suite aux investigations menées dans ce sens.

« Nous admettons la décision si son motif de destitution est prouvé. C’est un président élu à l’unanimité et qui ne devrait pas être limogéde façon arbitraire », a-t-il souligné.

L’ex-président de l’Université de Barikadimy a déjà essayé de se justifier à plusieurs reprises par rapport au retard du paiement des bourses d’études mais apparemment ses efforts ont été vains. Le communiqué du conseil des ministres du mercredi a encore réitéré que le transfert de fonds alloués aux bourses  a été déjà effectué depuis le mois de juillet 2020. Selon les observateurs, ce limogeage n’est pas vraiment une surprise mais plusieurs points méritent tout de même d’être éclaircis pour faire dissiper les doutes.

Concernant toujours l’université de Toamasina, la situation s’est calmée mais les étudiants revendiquent toujours les résultats de l’enquête concernant le décès de leur camarade. « Notre confrère a succombé dans l’enceinte de l’université. La franchise universitaire n’a pas été respectée. Des enquêtes ont été déjà menées et nous exigeons à ce que l’identité de la personne qui a tiré sur notre camarade soit révélée », s’indigne les étudiants.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page