Actualités

Etat d’urgence sanitaire: Le Chef de l’Etat n’a pas répondu aux véritables attentes des forces vives de la nation

L’intervention médiatique du Chef de l’Etat concernant les mesures à prendre dans le cadre de la poursuite de l’état d’urgence sanitaire n’a pas répondu aux attentes de tout un chacun.

C’est un peu la déception. Sur les réseaux sociaux, les commentaires sont notamment axés sur le choix de la priorité pour le gouvernement. Le président Andry Rajoelina a annoncé un retour progressif à la vie normale. Les tananariviens s’attendaient à ce début de déconfinement. Mais les mesures prises suscitent divers commentaires. Notamment la possibilité de retour au travail pour le secteur privé et les fonctionnaires alors que les taxis-be, le transport en commun le plus utilisé par les travailleurs ne sont pas encore autorisés à circuler.

“Il nous sera difficile de retourner au travail sans transport en commun”, explique une mère de famille, habitant la périphérie d’Antananarivo, et fonctionnaire d’un ministère basé à Anosy, au centre de la capitale.

A Antananarivo et ses environs, la plupart des travailleurs seront ainsi contraints de marcher pour rejoindre le lieu de travail et pour retourner à leur foyer à la fin de l’après-midi.

L’autre mesure qui suscite de nombreux commentaires concerne le projet de confection d’un nouveau carnet au niveau des fokontany. Cette décision a été motivée par le désordre total dans la distribution des aides sociales de l’Etat. Mais beaucoup estiment que le véritable problème ne sera pas résolu de cette manière.

Depuis plusieurs semaines, en raison de la crise sanitaire ayant engendré une crise à la fois socioéconomique et politique dans la Grande Ile, les véritables enjeux concernent surtout l’appui au secteur privé et aux employés envoyés au chômage technique. Les groupements patronaux ont déjà eu une séance de travail avec l’équipe de la présidence mais ils n’ont pas obtenu jusqu’à présent l’appui qu’ils souhaitaient. La dernière intervention du Chef de l’Etat n’a pas permis non plus de répondre à leurs attentes.

De leur côté, les partis politiques de l’opposition ont souhaité une prise en compte de leurs proposition au sujet de la gestion de la crise sanitaire, mais en vain. Raison pour laquelle, le RMDM a décidé de tenir une consultation des forces vives de la nation pour recueillir des propositions afin de sortir de la crise actuelle.

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page