internationalTourisme

Hôtellerie et restauration: Bilan catastrophique pour 2020, le pire à prévoir pour 2021

Les opérateurs touristiques, et particulièrement ceux dans l'hôtellerie et la restauration ont été frappés de plein fouet par la crise qui perdure actuellement. Ils sont encore très loin pour voir le bout du tunnel.

Les opérateurs dans l’hôtellerie et la restauration boucle l’exercice 2020 sur une note catastrophique. Et l’année 2021 s’annonce encore pire, à en croire la sombre perspective livrée par le PCA de la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM), Johann Pless. Du mois de mars à ce mois de décembre, cette fédération indique avoir enregistré 98% de pertes de revenus. La crise a contraint la FHORM à mettre en chômage technique 90% de ses employés. Son PCA parle de 395 millions d’euros de manque à gagner, dû à la crise. La situation est telle que cette fédération se prépare déjà à la fermeture définitive de plusieurs établissements au début de l’année prochaine.

“2021 sera encore pire du fait des reports des diverses échéances à régler. Des établissements n’ont effectivement pas pu fermer cette année car les centres fiscaux refusaient la procédure. Les faillites sont prévisibles pour certains établissements et plusieurs personnes se verront licenciées dès le début même de l’année qui vient”, explique Johann Pless.

Ceux qui survivront, pour leur part, devront encore tenir pendant près de 18 mois pour espérer un retour à la normale de leurs activités. Il faut bien admettre que ce n’est pas le tourisme national qui sortira les opérateurs du gouffre dans lequel ils sont. Or, s’ils espèrent des touristes internationaux, ils devront tenir compte des donnes qui ont changé en termes de voyage. Le journal de l’économie indique clairement que le voyage en avion changera définitivement. Ce magazine a rapporté par exemple la vision du vice-président de l’Association internationale du transport aérien (IATA), Muhammad Ali Albakir, sur la nouvelle manière de voyager. Il parlait entre autres des passeports santé qui deviendront la norme.

“Un passeport sanitaire numérique aidera les passagers à stocker et à gérer leurs certifications vérifiées pour les tests COVID-19 ou les vaccins COVID-19. Cela sera important pour les gouvernements qui exigeront probablement des tests vérifiés ou preuve de vaccination comme condition des voyages internationaux pendant et après la pandémie de COVID-19”, rapporte Le Journal.

Le tourisme à subventionner

Le PCA du FHORM estime qu’il faudra 18 mois pour les clients des marchés émetteurs pour se faire vacciner. En attendant, des dispositions devront être prises pour permettre aux rescapés de 2020 de poursuivre la longue traversée du désert qu’ils doivent endurer. Johann Pless avance alors la subvention du secteur touristique.

Dernièrement, la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM) avait demandé l’exemption ou du moins le report de paiement de toutes les obligations fiscales. Les membres de cette confédération ont aussi demandé à ce que leurs factures Jirama du second et dernier trimestre, les cotisations CNAPS des trois derniers trimestres de cette année ainsi que le prolongement de la durée du chômage technique soient prises en charge, soit par l’Etat, soit par les partenaires techniques et financiers. La balle est ainsi dans le camp de l’Etat.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page