ActualitésEconomieIndustrie

Loi sur les industries : Le projet de mise en place de l’ANDI abandonné?

La Loi sur le développement de l'industrie de Madagascar (LDIM) déjà promulguée en 2018 n'est pas encore appliquée. Quelques points comme l'ANDI ont même été remis en question.

Malgré les annonces faites à plusieurs reprises par l’Etat, le décret d’application de la Loi sur le développement de l’industrie de Madagascar (LDIM) n’est toujours pas sorti. On sait cependant déjà que le projet de mise en place d’une Agence nationale pour le développement de l’industrie (ANDI), prévu par cette loi, est remis en question. Une situation déjà évoquée par le ministre de l’industrie (MICA), Lantosoa Rakotomalala, et qui a récemment été soulevée par le président de l’Alliance pour l’industrialisation durable de Madagascar (AIDM), Rivo Rakotondrasanjy.

L’ANDI n’est finalement qu’un “doublon” de l’Economic development board of Madagascar (EDBM) selon le ministre Lantosoa Rakotomalala. Ces deux agences auraient les mêmes missions qui consistent généralement à réguler et à améliorer l’environnement des affaires. Rivo Rakotondrasanjy soulève de son côté la nécessité d’une  agence “mixte” comme l’ANDI.

“L’ANDI nous permettra surtout de voir ensemble les grands projets jugés prioritaires suivant les besoins réels de notre économie. Tout comme les appuis dont devront bénéficier les industriels”, explique-t-il. “Nous avons entendu dire que son décret a été abandonné, mais tant que ce n’est pas une note officielle qui le confirme, nous pensons qu’il est de notre devoir de continuer à travailler dessus”, a-t-il ajouté.

Une stabilité pour au moins 20 ans

A rappeler que c’est la mise en place de cette nouvelle agence et les discussions sur les moyens d’alimenter le Fonds national du développement de l’industrie (FNDI) qui ont bloqué l’application de cette loi pourtant déjà promulguée au mois de janvier 2018.

Fredy Rajaonera, l’ancien président du Syndicat des industries de Madagascar (SIM), qui figure parmi ceux qui ont élaboré cette loi pendant quatre ans, attend alors impatiemment la sortie de son décret d’application. Selon lui, la LDIM est censée assurer une clause de stabilité de 20 ans avec toutes les mesures d’incitation pour les dispositions fiscales et douanières qu’elle prévoit. Mais les avantages de cette loi ne s’arrêteront pas seulement sur ce point puisque la LDIM va également permettre la mise en place d’un corps spécialisé d’inspecteurs industriels pour lutter contre les pratiques anticoncurrentielles et déloyales.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page