Site icon Malagasy News

L’Union européenne intensifie ses appuis pour le Grand Sud

Le service de Protection civile et opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) de l’Union européenne a décaissé trois millions d’euros pour financer trois projets destinés à apporter une aide immédiate aux populations du Grand Sud affectées par le Kere. Les fonds alloués permettront à Action contre la faim (ACF), le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF et à leurs partenaires locaux de renforcer leurs capacités de prise en charge des enfants malnutris et des personnes en état d’insecurité alimentaire sévère, indique l’ambassadeur Giovanni Di Girolamo.

Ainsi, l’ACF a reçu une subvention de 500000 euros pour poursuivre une action d’urgence dans neuf districts du Grand Sud. Il s’agit d’un déploiement d’équipes mobiles, afin d’apporter une réponse immédiate à plus de 11500 enfants en situation de malnutrition aiguë. Le PAM a reçu 1,5 million d’euros pour assurer la distribution de rations alimentaires pour 182606 ménages pendant deux mois. L’enveloppe de 1 millions d’euros restant a été affectée à l’UNICEF pour lui permettre de renforcer ses actions sur place, surtout le renforcement de capacité des services de santé dans le traitement des cas de malnutrition aiguë sévère.

Ces trois projets sont alignés sur les objectifs de “l’appel éclair” lancé par le gouvernement malgache et les Nations-Unies au mois de janvier se cette année. Cet appel à contribution visait à mobiliser 75,9 millions de dollars, estimés nécessaires pour porter secours aux victimes du Kere dans le Sud. Pour l’Union européenne, cette nouvelle contribution de 3 millions d’euros s’ajoute aux 5 millions d’euros déjà décaissés pour cette cause. “Ce qui fait de ECHO un partenariat essentiel pour Madagascar dans la gestion des crises humanitaires et naturelles récurrentes”, rassure l’ambassadeur Giovanni Di Girolamo.

Il y a d’ailleurs de quoi se mobiliser. L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) avait dernièrement indiqué que pour la période janvier-avril 2021, le nombre des personnes confrontées à une situation d’insécurité alimentaire aiguë en phase 3 et plus de l’IPC (Cadre de classification de la sécurité alimentaire) dans la partie sud de l’île est estimé à 1,35 million. Il s’agit d’une augmentation de 85% des personnes dans cette situation, par rapport à la même période de l’année dernière.

La FAO avait recommandé le soutien des activités visant à augmenter la disponibilité de nourriture. Cette organisation appelle également l’Etat à prioriser la mise en œuvre d’une approche Cash +, pour permettre aux ménages d’avoir accès à des semences et des outils adaptés pour une récolte échelonnée. La mise en place de systèmes de micro-irrigation, la mise à disposition de nutriments à croissance rapide ou encore le renforcement des capacités sur l’agriculture intelligente sont également avancées.

Exit mobile version