EnvironnementRégions

Des travaux d’intérêts généraux pour les auteurs de feux de brousses

Pour lutter contre la pollution de l’air, le ministère de l’Environnement a prévu des sanctions strictes à l’encontre des auteurs de feux de brousses. Ils seront contraints d’effectuer des travaux d’intérêts généraux.

Vers le durcissement des sanctions. Le ministère de l’Environnement et du développement durable (MEDD) prévoit de prendre des mesures draconiennes pour les auteurs des feux de brousse. Selon le ministre Baomiavotse Vahinala Raharinirina, ils seront assignés à des travaux d’intérêts général pour l’environnement, compte tenu de la surpopulation carcérale à Madagascar.

Pour Analamanga, la pollution dépasse l’entendement. D’après le ministre, une réunion se tiendra encore avec les responsables concernés pour la mise en œuvre de cette nouvelle mesure, notamment la Commune urbaine d’Antananarivo ou encore le gouvernorat d’Analamanga.

« L’application de cette sanction nécessite une collaboration intersectorielle. Ceci entre dans le cadre de la campagne tolérance zéro que nous avons déjà menée il y a quelques mois. Aucune tolérance ne sera accordée à ceux qui enfreignent la loi », a-t-elle souligné.

A cause des feux, la pollution de l’air bat des records dans la Capitale. Ce fut le cas le 5 novembre où le taux de particules fines a atteint 25 fois la norme de l’Organisation mondiale de la santé, d’après l’Initiative pour le développement, la restauration écologique et l’innovation (INDRI). Antananarivo est la troisième ville la plus polluée du monde.

Les gaz d’échappement des véhicules et motos, les briqueteries, l’incinération des déchets font partie des polluants qui existent dans la Capitale. Baomiavotse Vahinala Raharinirina incite ainsi la prise de responsabilité de tout un chacun et de prêter main forte au ministère pour combattre ce fléau. « La lutte contre la pollution est un combat commun. Nos petits gestes au quotidien vont changer les choses et nous préserver des maladies provoquées par la pollution », a-t-elle indiqué.  A noter que 20% des décès à Madagascar sont causés par une exposition à la pollution de l’air et les enfants sont les plus vulnérables à cette  situation.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page