Les prix du riz local flambent

Les prix du riz suivent une tendance haussière. L’importation massive ne suffit pas pour limiter cette inflation alors que le gouvernement semble être dans l’impuissance pour limiter les dégâts. 

La situation a empiré. Alors que les ménages malgaches s’attendaient à une baisse du prix du riz, notamment avec les mesures prises par l’Etat en concertation avec les importateurs, les consommateurs ont au contraire constaté la flambée du prix de ce produit sur le marché. Le riz local ou « vary gasy » est le plus touché. Au marché d’Andravoahangy, par exemple, une hausse moyenne d’au moins 100 ariary par kilo a été enregistrée, en l’espace de quelques jours. Le vary gasy qui y était proposé entre 2300 ariary et 2400 ariary par kilo est actuellement proposé aux consommateurs à 2500 ariary. Or, il s’agit encore là d’un des grands marchés qui approvisionnent Antananarivo et ses environs. Dans d’autres  quartiers de la Capitale et de ses périphéries, le riz local peut coûter jusqu’à 2700 ariary le kilo.

La principale raison évoquée par les marchands est l’augmentation de leur prix de revient, qu’ils répercutent sur leur prix de vente. La hausse provient donc initialement des producteurs, à entendre leurs explications. Le ministère du Commerce (MICA) a récemment indiqué que pour le riz local, le sac de 50 kilos est à 100000 ariary au départ d’Imerintsiatosika, pour être proposé entre 105000 et 115000 ariary au niveau des grossistes. A Ambatondrazaka, le kilo du riz en partance de cette zone productrice est à 2400 ariary. Le riz local devra donc être vendu par les détaillants entre 650 et 700 ariary par kapoaka, soit à 2450 ariary par kilo. Ce qui est loin d’être le cas, témoignent plusieurs consommateurs.

Le ministre de l’Agriculture, Lucien Ranarivelo tentait alors de rassurer la population sur une baisse du prix du riz, notamment avec l’arrivée prochaine du “vary aloha” sur le marché. “Ceci prendra un peu de temps mais ces produits seront bientôt disponibles. Des contrôles seront menés au niveau des producteurs et collecteurs pour qu’il n’y ait pas de rétention de stock. Le prix du riz va alors baisser et n’amorcera plus de hausse”, lance-t-il avec assurance.

La mise à disponibilité du riz importé en abondance sur le marché permettra d’ailleurs aux consommateurs d’avoir le choix, selon le MICA. Le riz importé à 25% de brisures est livré aux importateurs de Toamasina entre 76000 et 78000 ariary par sac et est proposé entre 85000 et 87000 ariary au niveau des grossistes. Ce qui devra permettre aux détaillants d’Antananarivo de le proposer aux consommateurs entre 520 à 550 ariary par kapoaka, d’après ce ministère.

Exit mobile version