EconomieRégions

Projet minier: La reprise des activités de Base Toliara réclamée

La suspension de Base a impacté la vie d’une grande partie des Tuléarois qui croient en ce projet. Beaucoup d’entre eux réclament tout simplement la reprise de ses activités, notamment face au contexte actuel.

Toliara a peut-être déjà fait son choix. Le reprise des activités de Base est réclamée, du moins du côté des communautés touchées directement par ce projet minier. En se rendant sur place la semaine dernière, nous avons pu rencontrer les responsables locaux. Mana Parfait, un membre de la plateforme des notables de cette région a confié que la finalisation des négociations entre Base Toliara et l’Etat figure parmi les résolutions qui découlaient d’un forum économique, organisé au mois de mars de cette année.

« La raison est que ça fait déjà quelques temps que la population locale s’impatiente, témoigne entre autres le maire d’Ankilimalinike, Longin Mahatoro. “La dure condition de vie, amplifiée par la crise du Coronavirus ont fait que le population réclame ce projet qui se présente comme une réponse à l’urgence”, soutient-il.

Faute de ressources, Toliara a du mal à surmonter les conséquences de la crise du coronavirus.

C’est la même revendication dans le Fokontany de Ranobe. Base est sollicitée, si ce n’est que pour achever les projets sociaux qu’elle n’a pas pu mener à termes ou démarrer à cause de sa suspension surprise, décidée par l’Etat. Davy, le président de ce fokontany rappelle que cette compagnie minière s’engageait, entre autres, à construire 96 nouveaux tombeaux, des puits, des infrastructures sanitaires et scolaires. Elle s’est même convenue avec des femmes pépiniéristes sur l’achat de jeunes plants, qui ne trouvent plus donc preneur.

“Nous ne donnons pas carte blanche à la compagnie Base. Nous restons méfiants. Il n’est cependant pas raisonnable de bloquer tous les projets qui peuvent développer notre region”, intervient Mana Parfait du collectif des notables de L’Atsimo Andrefana.

Interrogé, le gouverneur de cette région Edally Tovondrainy, s’est abstenu de prendre position. Le sujet est tellement sensible sur place qu’il préfère laisser au pouvoir central le soin de l’aborder. “Le taux de pauvreté extrême dans cette région est un risque permanent d’instabilité au point que la population est facilement manipulable. Les dirigeants n’osent donc pas prendre des décisions impopulaires de peur de se confronter à la colère de la population”, explique Mana Parfait pour justifier une telle prudence des autorités locales.

Pour rappel, le projet de Base est suspendu, suite à une décision prise en conseil des ministres au mois de novembre 2019, dont l’objectif était de revoir la coordination de toutes les actions et de continuer les échanges et réflexions entre l’État et les porteurs de projet.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page