Santé

Pollution urbaine: Recrudescence des cas d’infections respiratoires

Les enfants en bas âge s’adaptent moins facilement aux températures élevées ressenties depuis quelques temps dans la Capitale. Les maladies respiratoires sont en tête des motifs de consultation.

Chaleur et pollution, un cocktail explosif ! Les chaleurs intenses qui sévissent dans la Capitale ne sont pas sans conséquences. Les cabinets médicaux ne se désemplissent pas. Sur les trente consultations reçues par le Dr Domoina Rakotonoely en une journée, vingt d’entre elles concernent l’infection respiratoire. Le nombre des personnes auscultées a également connu une augmentation par rapport aux mois précédents. Les nourrissons et les enfants sont les plus vulnérables à cette situation.

« Cette pollution liée à la chaleur se ressent très vite avec des irritations, de la toux et une gêne oculaire sans oublier les crises d’asthme pour les personnes qui souffrent déjà de cette maladie. Les microbes adorent la chaleur pour se développer et comme l’organisme est en difficulté avec la chaleur, les maladies se développent très vite», explique-t-il.

En lien avec les températures élevées, les consultations pour les déshydratations sont aussi logiquement en forte hausse. Plusieurs signes peuvent alerter comme des maux de tête, une perte d’appétit, une peau sèche voire même une respiration rapide pour les plus vulnérables surtout pendant la nuit lorsque les fenêtres sont fermées. Un malaise peut subvenir après une longue exposition à la chaleur dans un environnement chaud. «Les conducteurs des deux roues sont parfois pris au piège dans leur casque à cause du manque d’aération», renchérit le Dr Domoina Rakotonoely.

Malgré la chaleur accablante, les services des urgences des grands centres hospitaliers de la Capitale ne sont pas encore pris d’assaut. C’est le cas pour le Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU JRB) ainsi que du Centre hospitalier de Soavinandriana (CENHOSOA).

« Aucun cas lié à la déshydratation ou encore aux malaises engendrées par la chaleur n’a été enregistré jusqu’ici. Peut-être que quelque part, nous sommes déjà habitués à vivre avec cette chaleur chaque année et chacun de nous a déjà pris toutes les précautions nécessaires pour se protéger du coup de soleil», selon le directeur général du Cenhosoa, le général Rakoto Fanomezantsoa Andriamparany.

Des gestes simples pour sauver des vies

La surexposition au rayonnement du soleil peut avoir des effets néfastes sur la santé. Il y a entre autres le vieillissement prématuré de la peau, des problèmes oculaires, l’affaiblissement du système immunitaire ou encore le cancer de la peau. Il faut ainsi rester à l’abri du soleil, porter des lunettes de soleil, appliquer un écran solaire mais surtout boire entre 1,5 litres à 3 litres d’eau par jour.

La prévention des risques sanitaires dus aux vagues de chaleur passe non seulement par l’adoption de comportements individuels adéquats mais aussi par des actions sur l’environnement pour réduire la chaleur en ville.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page