Société

Allocation boursière: La grogne monte au sein des étudiants en médecine

Les étudiants à la Faculté de Médecine haussent le ton face à la précarité de leurs conditions d’études et le non-paiement de leurs cinq-mois de bourses d’études. Le ministère de l’Enseignement supérieur a indiqué que les procédures sont déjà en cours pour le dénouement du problème.

Les étudiants auprès de la Faculté de Médecine Ankatso ont tenu une manifestation, mais sans sortir de l’enceinte de l’université. Ils ont informé le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), de la dégradation de leur condition de vie. Ils n’ont donc pas manqué d’énumérer et de revendiquer leurs droits qu’ils prétendaient être bafoués.

Les étudiants parlent notamment du paiement de cinq mois d’arriéré ainsi que l’indemnité d’équipement 2019-2020. Ils revendiquent également la réévaluation de leurs droits d’inscription en adéquation aux conditions socio-économiques dont lesquelles vivent les étudiants et l’amélioration de leurs conditions d’études, comme l’eau courante et les toilettes dans les salles d’études en particulier.

« Les présidents des associations pédagogiques ont déjà rencontré les responsables auprès du ministère le 14 janvier mais aucun consensus n’a été trouvé. La manifestation ne s’arrêtera que lorsque nous obtiendrons une réponse favorable à nos revendications », selon le porte-parole de l’association des étudiants en Médecine.

La version du Mesupres ne s’était pas faite attendre face à cette revendication estudiantine. Concernant les bourses d’études, la liste des bénéficiaires a été communiquée au ministère par la direction des affaires administratives et financières de l’Université d’Antananarivo le 15 janvier dernier. Pourtant, la procédure de demande d’autorisation d’engagement pour le déblocage et le transfert des fonds nécessite des pièces justificatives pour faciliter le contrôle et vérification. A l’entendre, cette procédure nécessite encore du temps, et la patience est de mise.

Pour les allocations de stage, le Mesupres a fait savoir qu’il prend en charge les 50% et les 50% restants pour le ministère de la Santé publique. Concernant les droits d’inscriptions, il appartient à chaque université de fixer les sommes y afférentes en conseil d’administration.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page