Société

Circulation: Des mesures draconiennes pour tenter de réduire les embouteillages

La police nationale va déployer tous les moyens dont elle dispose pour fluidifier la circulation dans la capitale et ses périphériques. Des sanctions strictes seront appliquées à ceux qui enfreignent les mesures préconisées. 

Depuis le déconfinement progressif, les embouteillages signent leur grand retour surtout à l’entrée et à la sortie de la Capitale. Depuis une semaine, la police nationale a mené une opération pour réduire les bouchons surtout dans les axes classés « zones rouges » pendant les heures de pointe. Il s’agit entre autres d’Ankadievo-Filatex, Ampitatafika-Anosizato, Itaosy-Ampasika, Ilafy-Analamahitsy, Mahazo-Ampasampito ou encore Ambohibao-Andranomena.

Selon le commissaire Hajaniaina Rajaonarivony, qui assure la coordination des agents de la circulation, les mesures prises se feront en fonction du contexte sur place. C’est le cas pour l’axe Ankadievo-Filatex qui se transforme en deux voies de même sens pendant les heures de pointe. C’est pour fluidifier la circulation aux alentours d’Alasora et d’Iavoloha. Des patrouilles motorisées sillonnent aussi tous les points noirs pour identifier les obstacles.

Malgré les efforts menés dans ce sens, la police nationale reconnait que ce ne sont pas seulement les voitures qui sont à l’origine des embouteillages dans la ville des Milles. Les nids de poule, les charrettes, les deux roues et même les piétons en sont aussi responsables. Ces derniers ne circulent pas sur les trottoirs car ils sont squattés par les marchands de rue ou c’est tout simplement par mauvaise habitude.

Depuis quelques mois, des actions de sensibilisations sont menées par les éléments de la police nationale pour les rappeler à l’ordre afin de mettre fin à cette gabegie. Depuis la semaine dernière, l’enlèvement d’épaves de voitures qui stationnent sur les bords de la rue et sur les trottoirs est aussi effectif avec l’appui de la mairie. ” “Combattre les embouteillages est une lutte de longue haleine car 12 000 nouveaux véhicules environ circulent dans la Capitale tous les ans. Ce que nous pouvons faire est d’atténuer au maximum les bouchons et de sensibiliser les usagers de la route sur les bonnes conduites à tenir”, a conclu le commissaire de police.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page