Site icon Malagasy News

Objectif de développement durable: Madagascar est à la traîne

Les ODD visent à mettre un terme à la faim et à la malnutrition des enfants et des plus vulnérables d'ici 2030

8 objectifs sur les 17 que nous devons atteindre d’ici 2030 sont liées directement ou indirectement à la sécurité alimentaire, à savoir : l’ODD1 : Pas de pauvreté ; l’ODD 2, faim « Zéro » ; l’ODD 3 : Bonne santé et bien-être; l’ODD 4 : Education de qualité ; l’ODD 5 : Egalité entre les sexes ; l’ODD 6 : Eau propre et assainissement ; l’ODD 13: Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques et l’ODD 17 : Partenariats pour la réalisation des objectifs. Sur ces 8 objectifs, seul l’ODD 5 a connu une petite amélioration, d’après l’analyse d’avancement des ODD liés à la nutrition qui a été effectuée par la plateforme de la société civile pour le renforcement de la nutrition – HINA.

Taux de malnutrition : au-dessus du seuil très élevé

Concernant particulièrement l’ODD 2, qui est directement lié à la nutrition, la situation a déjà connu une amélioration, car de 47,3 % en 2017, le taux de la malnutrition chronique est descendu à 42 %, d’après les dernières données MICS. Cependant, cette prévalence reste très alarmante, dans la mesure où en 1997, le taux de malnutrition était de 26 % et concernait 3 500 000 individus. Actuellement, on estime que plus de 10 000 000 de personnes sont sous-alimentés à Madagascar. À noter que le Plan National d’Action pour la Nutrition (PNAN 3) a fixé comme objectif de réduire le taux de malnutrition chronique à 38 % en cette année 2021, mais le covid-19 et le changement climatique n’ont pas aidé dans cette optique. En outre, selon la classification de l’OMS, la prévalence de la malnutrition chronique se situe au-dessus du seuil « très élevé » quand cela dépasse les 30%. Ce qui est le cas de la Grande Île.

Faniry Hantarinivo, vice-présidente de la plateforme HINA.

Nécessité d’une lutte participative et inclusive

À la lumière de cette analyse, la plateforme HINA considère que Madagascar n’est pas sur la bonne voie pour l’atteinte des ODD. Toutefois, tout espoir d’amélioration n’est pas exclu, si l’on adopte un processus inclusif et participatif intégrant les différents acteurs de développement, dont la société civile. Il est également plus que nécessaire d’incorporer les ODD dans les différents documents cadre du pays. « Nous avons dix ans pour atteindre les objectifs de l’horizon 2030. Il est encore temps de rectifier et d’améliorer les plans de développement afin que nous puissions atteindre l’objectif malnutrition zéro », rappelle Faniry Hantarinivo, vice-présidente de la plateforme HINA. « Nous sommes encore dans la réalisation du PNAN 3, ainsi, nous pouvons mettre en œuvre une meilleure stratégie et il faut renforcer la coordination de tous ceux qui travaillent dans la nutrition », continue-t-elle.

Dans leur plaidoyer, la plateforme HINA recommande, en outre et entre autres, de renforcer la bonne gouvernance pour lever les obstacles au développement du pays et afin que la population ainsi que les partenaires reprennent confiance.

Ravaka Rakotomalala

 

Exit mobile version