SociétéTransport

Plusieurs types de marchandises interdites de transport par les taxi brousse

L’Agence des transports terrestre a mis en garde les transporteurs des zones nationales et régionales par rapport aux excédents de bagages. Les sanctions vont tomber en cas de non-respect des mesures préconisées.

Après les fêtes, une forte affluence des passagers dans les gares routières est enregistrée. Mais même si les usagers sont pressés de rentrer, l’Agence des transports terrestre (ATT) a rappelé à l’ordre les transporteurs des zones nationales et régionales. Cette entité sera stricte au niveau du contrôle de la hauteur et du poids des bagages pour les taxi-brousse. Le transport des objets lourds comme les meubles, les bicyclettes, les balles de friperie ou encore les marchandises encombrantes est formellement interdit, d’après le directeur général de l’ATT, le général Jeannot Reribake. Une note a été déjà d’ailleurs sortie à cet effet il y a quelques jours de cela.

« Les taxi-brousse ne sont pas dédiés au transport de marchandises. Cette mesure a été prise pour réduire les accidents de circulation sur les routes nationales », a-t-il souligné.

Par ailleurs, tous les dispositifs nécessaires sont actuellement mis en place par le ministère des Transports et l’ATT pour le transport des passagers ayant effectué des déplacements durant les fêtes. L’objectif étant de faire en sorte qu’ils puissent rentrer sans encombre. De ce fait, des consignes ont été donnés aux responsables des gares routières pour l’augmentation du nombre de véhicules en service, du moins jusqu’au 15 janvier. C’est surtout le cas pour les destinations les plus prisées comme Ambatolampy, Antsirabe, Ambositra, Toamasina, Mahajanga, Fandriana ou encore Toliara.

Dans son communiqué sorti le 31 décembre, l’ATT a même informé que la gare routière de Vatofotsy est ouverte 24 heures sur 24 du 1er au 7 janvier. « Le nombre des véhicules qui quittent la Capitale est passé de 120 à 140 par jours depuis le 23 décembre. D’habitude, nous attendons à ce que toutes les places soient occupées avant de prendre le départ mais ce n’est plus le cas» , selon le président de la gare routière du « fasan’ny karana », Martin Randriamparany.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page