EducationSociété

Revendications: Les étudiants de l’ENS divisés

Les leaders des mouvements estudiantins à Fianarantsoa, Antananarivo, Toliara et Antsiranana ont déclaré le retour à la normale des cours pédagogiques dans ces établissements. Cette décision n’a pas été prise à l’unanimité.

Une lumière au bout du tunnel ? Un consensus a été trouvé lors de la rencontre entre les étudiants de l’Ecole normale supérieure (ENS) et les représentants des différents ministères dont l’Education, l’Enseignement supérieur, la Finance, la Fonction publique, l’Enseignement technique et la Présidence.

Après trois heures de débats, il a été convenu qu’un projet de loi se référant au recrutement systématique des normaliens sera élaboré. En contrepartie, les manifestations estudiantines à Antananarivo, Toliara, Antsiranana et Fianarantsoa devrait être suspendue. Un calendrier a été aussi élaboré durant cette réunion jusqu’à la finalisation de ce projet de loi. C’est à travers cette déclaration commune que les leaders des étudiants issus de ces quatre établissements ont condamné les actes de vandalismes à l’université d’Antsiranana, qui selon eux n’ont pas été commis par leurs camarades.

« Nous sommes satisfaits de cette rencontre car les responsables concernés ont prêté une oreille attentive à notre problème. Nous déclarons ainsi la suspension de la manifestation des étudiants normaliens dans ces quatre établissements et la reprise des cours pédagogiques se fera à partir de lundi» , déclare le président des étudiants de l’ENS Antananarivo, Eric Randrianantenaina.

Cette décision prise par leurs leaders a cependant engendré la grogne chez les étudiants venus en masse à l’ENS Ampefiloha. Mais grande fut leurs surprises après cette déclaration commune car il a été toujours convenu que des solutions palpables devraient être trouvées par rapport à ce problème de recrutement systématique. «La mise en place d’un comité ad hoc ne date pas d’hier car en 2018, c’est aussi la solution que le ministère a proposée pour nous faire taire. Mais apparemment, l’histoire se répète mais ce sont les leaders de la manifestation qui ont pris la décision et non pas les milliers d’étudiants concernés par le problème», se désole un normalien.

Base de données

Pour apaiser les tensions, le ministre de l’Education nationale, Dr Marie Michelle Sahondrarimalala, a déclaré que la porte du ministère reste toujours grande ouverte à toute discussion. Elle a aussi fait savoir qu’une attention particulière sera accordée aux normaliens lors des recrutements car ils participent à l’amélioration de la qualité de l’éducation en tant que sortant des grandes écoles.

Concernant le quota des normaliens à recruter pour la septième vague de recrutement, aucun chiffre précis n’a été avancé pour l’instant. Par contre, le directeur général en charge de la pédagogie auprès du MEN, Andriamiakatsilavo Raoniherijaona, a fait savoir à son tour qu’une base de données sera élaborée pour l’identification des diplômés des quatre établissements de l’ENS.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page