Sécheresse dans le Sud: La population fuit massivement le “kere” vers la capitale

Les ripostes de l’Etat face à la famine qui frappe de plein fouet le Sud du pays tardent à venir. Ceux qui ont les moyens prévoient de rejoindre Antananarivo pour fuir le « kere ».

L’image d’une centaine de migrants en provenance de l’Androy bloqués à Fianarantsoa a circulé sur le réseau social « facebook ». Selon une source sur place, pas moins de deux cent personnes environ en sont concernées et les camions ont été leurs moyens de transport. La plupart d’entre eux viennent de Bekily, Ambovombe, Amboasary ou encore Beloha.

Ces migrants ont prévu de rejoindre la Capitale mais ceux qui n’ont pas eu les moyens de le faire sont bloqués dans la capitale du Betsileo. L’objectif étant de fuir la famine qui sévit actuellement dans cette partie Sud du pays. Les bienfaiteurs à Fianarantsoa se sont tout de suite mobilisés pour venir en aide aux migrants et ont également lancé un appel à l’endroit des internautes pour subvenir à leurs besoins.

« La fatigue se lisait sur leurs visages et nous avons décidé de donner de l’eau et du pain aux migrants. Ils étaient déjà sur place depuis dimanche mais certains d’entre eux ne disposent plus de frais de déplacement pour Tana et ont dormi au stationnement  », selon une source sur place

Cette situation ne date pas d’hier. Les élus et les natifs du Sud ont déjà tiré la sonnette d’alarme mais apparemment ils ont prêché dans le désert. Pas plus tard que jeudi dernier, le député élu à Betroka, Nicolas Randrianasolo, a informé que plusieurs personnes issues des districts dans le Sud du pays rejoignent Betroka, comme c’est le cas pour les habitants d’Andriry. Mais à cause de leur état de santé, certains ont succombé en cours de route.

« Parmi eux, il y avait eu des victimes du paludisme et de la fièvre typhoïde. Malgré un avenir incertain, le plus important pour eux est de fuir la famine. Cette situation pourrait également avoir des impacts conséquents sur la sécurité dans notre district », a –t-il indiqué.

La députée élue à Amboasary Sud, Angèle Solange, quant à elle, a fait savoir que plusieurs communes de sa circonscription n’ont pas encore reçu l’aide promise par l’Etat. Les infrastructures routières sur place se trouvent aussi en piteux état, ce qui ne fait qu’attarder l’acheminement des vivres.

Exit mobile version