Crise du COVID-19 : La troisième tranche du programme d’allègement du service de la dette accordée

Madagascar compte parmi les pays très pauvres à bénéficier de nouveau du programme d'allègement du service de la dette. Cette aide devra permettre à ces pays de libérer des ressources financières pour l'atténuation de l'impact de la Covid19 selon le FMI.

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) vient d’approuver le décaissement de la troisième tranche du programme d’allègement du service de la dette. Madagascar figure parmi les 28 pays très pauvres bénéficiaires de ce don qui provient du fonds fiduciaire d’Assistance et de riposte aux catastrophes (ARC), pour les six prochains mois. Le programme couvre la période du 14 avril au 15 octobre 2021, précise cette institution dans un document qui vient d’être publié.

Les administrateurs du FMI ont convenu que les ressources disponibles et les annonces de contributions étaient suffisantes pour financer cette troisième tranche du programme d’allègement de la dette pour ces pays très pauvres. Il ne s’agit cependant pas là d’une “grande enveloppe” car si on se réfère au document de cette institution de Bretton Woods, tous ces pays se sont départagés par exemple les 183 millions de DTS de la première tranche. Pour cette dernière tranche, il n’y avait que 168 millions de DTS, dont 6,1 millions de DTS pour Madagascar.

Pour le FMI, en tout cas, ces tranches de subventions devront aider ces pays à libérer des ressources financières limitées pour un soutien sanitaire, social et économique d’urgence vital, afin d’atténuer l’impact de la pandémie Covid19. Et sous réserve de la disponibilité des ressources suffisantes, la même opération pourrait se poursuivre pour la période restante, allant du 16 octobre 2021 au 13 avril 2022, pour un montant total d’environ 680 millions de DTS soit environ 964 millions de dollars.

Jusqu’à ce jour, les donateurs que sont l’Union européenne, le Royaume Uni, le Japon, l’Allemagne, la France, le Pays-Bas, la Suisse, le Norvège, la Chine, le Singapour, le Mexique, les Phillipines, la Suède, la Bulgarie, le Luxembourg et Malte ont promis des contributions totalisant environ 540 millions de DTS, soit environ 774 millions de dollars.

Le FMI souligne par ailleurs dans ce document que la pandémie COVID-19 continue d’avoir un impact économique grave sur Madagascar. Le PIB réel s’est contracté de 4,2% en 2020. Cette institution financière estime que les deux décaissements au titre de la Facilité de crédit rapide (FCR) ont contribué à catalyser l’appui budgétaire des donateurs et à combler les déficits de financement à court terme en 2020. Le FMI reprend cependant les données de la Banque mondiale qui avait indiqué que près de 1,4 million de personnes devraient être tombées sous le seuil de pauvreté de 1,9 dollars par jour en 2020. Ce qui portait le taux de pauvreté à Madagascar à 77,4%, son plus haut niveau depuis 2012.

Exit mobile version