EconomieCOVID-19

Crise Post-Covid-19: Un projet de soutien psychologique pour les chômeurs

L’impact psychologique engendré par la crise sanitaire n’est pas sans conséquence pour les travailleurs qui ont perdu leurs emplois. C’est dans ce sens que la CNAPS organise des formations pour les appuyer à avoir confiance en  eux et pour leur réinsertion professionnelle.

Du concret. La formation des adhérents de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNAPS) qui ont perdu leur travail durant la crise sanitaire est déjà effective. Elle s’est traduite par la remise de certificat au Centre d’orientation et d’écoute (CEO) sise à la Cnaps 67ha.

152 personnes ont pu bénéficier de cette formation qui est surtout axée sur la psychologie du travail et du développement personnel. L’objectif étant d’augmenter leur degré d’employabilité en les accompagnant dans leur réinsertion professionnelle ou encore dans leur autonomisation au cas où elles décideront de se lancer dans la création de leurs propres entreprises. En parallèle, elles ont également reçu une formation dans la rédaction de Curriculum vitae (CV) et de la lettre de motivation. C’est une formation qui a vu le jour grâce au partenariat de la CNAPS  avec la Chambre de commerce et d’industrie France-Madagascar (CCIFM).

« La confiance en soi est très importante après les épreuves qu’elles ont enduré durant et après cette crise sanitaire. Nous les encourageons à créer des emplois grâce aux conseils précieux fournis par les formateurs. Après cet appui psychologique d’autres formations en langue, artisanat, informatique, agriculture ou encore en call center sont encore à prévoir avec nos partenaires » , selon Yvan Rakotomalala, de la direction des actions et sensibilisations sociétales auprès de la Cnaps.

Pour les bénéficiaires, cette formation est une opportunité pour eux de s’ouvrir à d’autres horizons. C’est le cas pour Lanto Voahirana qui faisait partie des employés de PMU Madagascar mais qui s’est retrouvée dans le chômage du jour au lendemain. « Nous avons des factures et des prêts bancaires à payer sans compter les frais des traitements médicamenteux. Cela fait déjà presque une année que j’ai perdu mon travail mais cette formation m’aide à garder le moral et de devenir créative car désormais, je pourrais bien exercer d’autres métiers en dehors de ce que j’ai entrepris », se réjouit-elle. Son cas n’est pas isolé car les participants à cette formation ont pu acquérir des connaissances gratuites sans se limiter à leurs domaines de prédilections.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page