EconomieActualités

Commerce international: Des efforts à déployer dans la réduction du délai de dédouanement

Des travaux restent à faire dans la réduction du délai de dédouanement. Les parties impliquées se sont engagées à améliorer leur performance.

Les impacts de la mise en place de l’Observatoire du délai de dédouanement (ODD) sont encore peu palpables. C’est le constat des parties impliquées, qui se sont réunies à trois reprises, dans le but d’améliorer les performances de ce dispositif. A dix ans d’opérationnalisation de l’ODD, le délai moyen de sortie des marchandises est encore de 15 jours après l’arrivée des navires en 2020, contre 17 jours en 2011.

Cet observatoire était pourtant censée être un dispositif permettant d’identifier les goulots d’étranglement dans le processus de dédouanement, aux fins de proposer des solutions adéquates. L’ODD entend améliorer sa performance. L’observatoire mobilise tous ces membres, qui sont le Comité national de facilitation des échanges (CNFE) regroupant la direction générale des douanes (DGD) et le ministère du Commerce (MICA), Gasynet, les consignataires, les manutentionnaires et les gestionnaires des ports, le secteur privé et les transitaires ainsi que les banques.

Diverses recommandations ont été recueillies durant les derniers ateliers et elles ont été synthétisées en plans d’actions. Chaque entité a pris des engagements pour la mise en œuvre effective de ces plans. Le CNFE s’est engagé à déployer tous les efforts pour assurer le bon déroulement des actions dans le cadre de la facilitation des échanges.

Pour Gasynet, cette société s’est engagée à faciliter le traitement des Bordereaux de suivi de cargaisons (BSC) et d’assurer le suivi en ligne des dédouanements. Pour les consignataires et les manutentionnaires, leur engagement porte sur la communication à la Douane des dates d’arrivées effectives des navires, sur la révision de leur cahier de charges et sur l’application de la dématérialisation.

Le secteur privé et les transitaires, pour leur part, ont confirmé leur participation au comité de pilotage de l’ODD et ils se sont engagés à se conformer aux réglementations en vigueur. En tout cas, la Douane espère que l’implication des parties prenantes contribuera à l’objectif du CNFE de réduire de moitié le délai de dédouanement d’ici 2023. Celle-ci devra aussi permettre d’optimiser le dédouanement pour faciliter le commerce.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page