EconomieActualitésCoopération

Ajustement tarifaire de la Jirama: Pas de compromis entre l’Etat malgache et la Banque mondiale

L'Etat et la Banque mondiale n'étaient pas parvenus à trouver une entente, concernant l'application de la tarification Optima. Selon des indiscrétions, le couperet aurait pu tomber vendredi mais un dernier délai de deux semaines aurait été donné à Madagascar.

Aucun compromis n’a été trouvé. La partie malgache tout comme l’équipe de la Banque mondiale ont chacune campé sur leur position respective sur l’application de la tarification Optima, objet du différend. « La Banque mondiale aurait même pu prendre immédiatement une décision directement à l’issue de la réunion virtuelle qu’ont eue les deux parties mais les représentants de l’État auraient réussi à obtenir quelques jours pour reconsidérer la question », rapporte une source proche du dossier. Il s’en est donc fallu de peu pour que pire ne tombe sur Madagascar, si l’on s’en tient à ce qu’avait indiqué cette source. C’est l’avenir des 475 millions d’aide au développement qui est fortement compromis et risque d’être perdu si les deux parties ne trouvent d’accord.

Pour rappel, l’Etat était appelé à apporter sa position ferme et définitive sur l’application du système de tarification Optima, avec les prix qui ont déjà été convenus et validés avec ce partenaire technique et financier du pays au mois de juillet de l’année dernière. Ils devaient alors justifier les ajustements temporaires entrepris sur cette nouvelle tarification qui est appliquée depuis le début de cette année. Car l’Optima avait été bel et bien appliqué mais avec des ajustements qui n’ont pas plu à la Banque mondiale. Cette rectification à mi-parcours causerait une perte de revenus conséquente estimée à 11 millions de dollars à la Jirama, par rapport à l’application inchangée de l’Optima. Les ajustements temporaires du tarif concerneraient 8750 clients de la Jirama, dont les PME et micro-entreprises dont les factures avaient été calculées avec l’ancien tarif “Force motrice basse tension” (FMBT). Cette révision entreprise par la Jirama avait finalement été jugée pertinente. C’est la forte réduction de 50% de la deuxième tranche du tarif économique qui n’avait pas plu à cette institution financière car cet ajustement ne bénéficierait qu’aux clients les plus nantis de la Jirama.

Aussi, lors de cette dernière réunion entre les représentants de l’Etat et la Banque mondiale, cette institution financière se serait attendue à un plan pour l’augmentation de cette tranche T2 du tarif économique au niveau déjà adopté au mois de juillet 2020. Elle aurait également espéré un engagement écrit sur les réformes tarifaires qui devront suivre, notamment des tarifs industriels jugés extrêmement inefficaces. Mais les autorités malgaches se seraient amenées avec les mêmes explications en insistant que la situation actuelle n’est pas opportun pour une augmentation de tarif.

Si on s’en tient aux explications données par la Jirama sur l’Optima, 77% des clients seraient gagnants avec cette nouvelle tarification. 16% des abonnés enregistraient une faible augmentation de leur facture. Une hausse conséquente serait par contre enregistrée par 0,7% des abonnés de la société d’État. En tout cas, “la Jirama viserait une équité sociale avec cette nouvelle tarification”, selon le représentant du Fonds monétaire international (FMI), Marc Gérard. Elle permet également selon lui d’augmenter les recettes de la Jirama et de diminuer les subventions qui lui seront allouées.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page