EconomieActualités

Tarif Optima: Grand décalage entre les objectifs de la Banque mondiale et ceux de l’Etat

La Banque mondiale tente de démontrer qu'elle se soucie de la Jirama et de ses abonnés, en insistant sur l'application de l'Optima. Les autorités locales, de leur côté, semblent se soucier avant tout des aides financières qui en dépendent.

A quelques jours du délai accordé par la Banque mondiale aux autorités malgaches, pour donner leur position finale sur l’application de la tarification Optima, les deux parties adoptent les mêmes stratégies et les mêmes approches. Si la partie malgache préfère rester silencieuse sur le sujet, l’institution de Bretton Woods poursuit de son côté sa campagne de communication visant à influencer la position des autorités locales par rapport à cette nouvelle tarification de l’électricité.

Comme elle l’a déjà annoncé, Idah Pswarayi-Riddihough, la directrice des opérations de la Banque mondiale pour l’Afrique orientale et australe, s’est amenée avec “des chiffres” pour défendre l’Optima qui devrait être appliquée pour le bien de la Jirama mais également de la majorité de ses abonnés. Son intention était d’expliquer comment la nouvelle structure tarifaire, si appliquée, va contribuer à redresser l’équilibre financier et opérationnel de la société d’État, améliorer la qualité des services de fourniture de l’électricité, rétablir l’équité sociale et élargir l’accès d’un plus grand nombre de Malgaches à l’électricité.

“La facture d’électricité des grands consommateurs résidentiels, qui représentent 7% des clients de la Jirama, augmentera certes de manière conséquente car ils consomment en moyenne 20 fois plus d’électricité par mois. Mais même subissant une hausse, les tarifs d’électricité que cette catégorie de clients aisés paie resteront toujours largement subventionnés. Le tarif le plus cher (Optima Super Confort) à 764 Ar/kWh est toujours à 20% en dessous des coûts de production actuels de la JIRAMA. De l’autre côté, la facture d’électricité de la majorité des clients connaitra une baisse importante. Et malgré cette baisse de facture pour 77% des clients, le tarif Optima permettra d’augmenter les recettes de la compagnie à hauteur de 95 milliards d’Ariary par an”, détaille-t-elle.

En gros, elle a usé de tous les arguments nécessaires pour être convaincante. La partie malgache de son côté se mue dans un silence assourdissant que certains jugent “irresponsable”. Mais c’est un silence qui en dit en tout cas long. Après la récente réunion virtuelle entre les deux parties, aucune communication officielle n’a certes été faite par les autorités locales. Mais on sait cependant que c’est le ministre des Finances, Richard Randriamandranto, qui avait été envoyé au front dans les négociations, assisté timidement par le directeur général de la Jirama et une personne de la Présidence. Ce qui donnerait l’impression, selon les observateurs, que ce sont les aides à hauteur de 475 millions de dollars, en jeu avec cette nouvelle tarification de l’électricité, qui les préoccupe avant tout.

La mise en œuvre de la tarification Optima, adoptée par la Jirama et validée par l’Office de régulation de l’électricité (ORE) entre pourtant dans le cadre de l’action préalable n°06 d’un appui budgétaire à hauteur de 75 millions de dollars. Le PCA de la Jirama, Solo Andriamanampisoa, a d’ailleurs été clair. L’ajustement tarifaire n’est pas le seul moyen pour redresser la situation financière de cette société d’État.

Le ministre de l’Energie, Christian Ramarolahy, reste également très discret. C’est son département qui est pourtant en charge de la Jirama. En tout cas, cette semaine devra être décisive et la décision finale de l’Etat malgache sur l’application de l’Optima devra être connue prochainement.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page