ActualitésBusinessEconomie

Alliance pour l’industrialisation: “Ce n’est pas le moment de fermer les usines”

La branche de production locale souffre. L'Etat devra donc apporter son appui aux industries au lieu de les fermer, estime le bloc économique AIDM.

“Il est vraiment déplorable qu’aucun consensus n’ait été trouvé et qu’on arrive à cette décision radicale”. C’est ainsi que s’est exprimé le président de l’Alliance pour l’industrialisation durable de Madagascar (AIDM), Rivo Rakotondrasanjy, interrogé par la presse locale, concernant sa position par rapport à la fermeture de la société Triple A.

S’étant abstenu de prendre position sur cette affaire, le président de l’AIDM a toutefois insisté sur le fait que l’Etat a mal choisi le moment pour procéder à des fermetures d’usines. ” Déjà c’est très désolant de voir plusieurs sociétés contraintes de cesser leur production; fermer des sociétés dans le contexte actuel est loin d’être une bonne décision. Les entreprises ont certes le devoir de s’acquitter de ce qu’elles doivent à l’Etat mais il faut cependant qu’elles tournent pour pouvoir le faire” . Rivo Rakotondrasanjy avance alors la mise en place d’une plateforme de dialogue public-privé pour le traitement de ce genre d’affaire.

L’AIDM estime d’ailleurs que l’Etat doit adopter des stratégies pour promouvoir des secteurs jugés prioritaires en ce temps de crise, dont l’industrie agroalimentaire et le secteur textile. Que son intention dans le processus de l’industrialisation se traduise finalement par des actions concrètes au lieu de demeurer un simple effet d’annonce.

La crise ne devra pas servir d’excuse

Rivo Rakotondrasanjy rappelle par exemple les résolutions qui étaient sorties au mois de novembre sur l’émergence industrielle avec l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI). Il y a également celles qui étaient sorties durant l’atelier de validation du Plan émergence Madagascar (PEM). Des sujets qui restent sans suite, souligne-t-il.

Et encore, l’Etat tarde à sortir le décret d’application de la Loi sur le développement de l’industrie (LDIM). Ce qui devrait pourtant renforcer les mesures d’urgence pour la relance économique du pays, soutient-il.

“La crise actuelle ne doit pas servir d’excuse pour l’Etat. Le contexte dans lequel nous vivons actuellement doit nous faire prendre conscience sur l’urgence de penser réellement à l’industrialisation. Des actions doivent être faites dans ce sens”, a-t-il conclu.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page