BusinessEconomieinternational

Campagne 2020-2021: Performance inattendue des exportations de vanille

Quelques opérateurs dans la filière vanille enregistrent un bon début de campagne alors que d’autres crient à une crise avec la baisse de prix. Ils ont encore près de sept mois pour exporter.

Ça se joue vite visiblement. En seulement deux mois, la Grande île a déjà exporté le tiers de la quantité de vanilles qu’elle compte envoyer à l’étranger pour cette campagne 2020-2021. C’est ce qu’a rapporté le ministre du commerce, Lantosoa Rakotomalala. 515 tonnes de vanilles ont déjà été exportées dans 23 pays différents, dont 50% vers l’Union européenne, 14,2% vers les États-Unis et 11,8% vers le Canada. 86% de ce volume exporté proviennent de la région Sava. Démarrée au 15 septembre 2020, cette campagne qui s’étalera sur dix mois promet, à entendre les explications de ce ministre, avec des envois qui sera encore plus conséquents dans les mois de mars et avril 2021.

A rappeler qu’ils sont 124 opérateurs à figurer dans la liste initiale des exportateurs agréés pour cette campagne. Ils sont, soit des industriels, soit des artisans dans la filière à y participer. Concernant le cours de ce produit qui avait été imposé par le Conseil national de la vanille (CNV), le prix minimum imposé sur le marché local pour la vanille préparée stabilisée est de 650 000 ariary le kilo et le prix FOB minimum à l’exportation est de 250 dollars par kilo. Une règle de jeu qui a du mal à se faire respecter dans les zones productrices. La fixation de ces prix minimums a d’ailleurs été déjà contestée notamment par le collectif des exportateurs de vanille qui estiment qu’il s’agit d’une disposition contre-productive.

Beaucoup se demandent également l’identité de ces opérateurs qui ont envoyé cette grosse quantité de vanilles à l’étranger. Une interrogation qui est liée aux suspicions de favoritisme dont bénéficient certains exportateurs. En tout cas, la vanille malgache trouve encore preneurs et Madagascar conforte toujours sa position de leader dans cette filière, si on s’en tient à ces chiffres livrés par le ministère du commerce. La montée en force des autres pays producteurs comme l’Indonésie ou l’Ouganda ainsi que la concurrence de la vanille artificielle ne sont pour autant pas à minimiser.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page