Filière letchis: Des opérateurs craignent un “monopole déguisé” du GEL

Le système de quota reste en vigueur pour l’exportation de litchi malgré les remarques déjà faites par la Banque mondiale. Il empêche Madagascar de s’ouvrir vers d’autres marchés.

Une campagne précoce pour la filière letchis, qui a démarré le vendredi 13 novembre. Le ministère du commerce a considéré la proposition du Centre technique horticole de Tamatave (CTHT), qui a considéré que la campagne devait se situer entre le 12 et le 14 novembre, pour permettre le chargement régulier et raisonnable des bateaux conventionnels. Depuis, la ville du Grand port est déjà en effervescence.

Les opérateurs se mobilisent pour constituer le quota d’exportation de 16 000 tonnes accordé au Groupement des exportateurs de letchis (GEL). 13 000 tonnes de letchis du pays seront envoyés en Europe et les 3000 tonnes restant en Russie, à Dubaï, à Mayotte et à la Martinique.

Rien n’a donc vraiment changé, soutiennent des opérateurs qui, cette année encore, craignent le “monopole” de cette filière. Pourquoi en effet limiter l’exportation malgache à 16 000 tonnes et dans des pays qui sont imposés par le GEL?, se demandent-ils. Mais chacun préfère se taire pour ne pas risquer d’être exclu définitivement des opérations. La Banque mondiale a d’ailleurs toujours insisté sur ce sujet. Cette institution a rappelé, par exemple, que la sélection des importateurs (comme il était convenu entre tous les acteurs) doit se faire dans le cadre d’une procédure d’adjudication tous les deux ans.

Or, aucun appel à propositions auprès d’importateurs n’a été lancé depuis 2013. Ce qui empêche la concurrence entre les importateurs et le potentiel de développement des opportunités d’exportation, avait déjà expliqué ce partenaire du pays, au mois de février de cette année. La Banque mondiale avait déjà suggéré comme réformes, la suppression du quota d’exportation, la simplification des exigences en matière de licences, ou encore l’amélioration du suivi de la fixation des prix par le Conseil de la concurrence.

Exit mobile version