EconomieActualités

Entretien routier: La DGT prétexte une vérification des factures pour justifier le retard de paiement des prestataires

Serait-ce une stratégie pour gagner du temps ou pour cacher une autre raison ? Le fonds pour le paiement des entreprises dans l'entretien routier serait déjà disponible. Leurs factures sont cependant en cours de vérification.

La direction générale du Trésor (DGT) tempère ainsi la situation en annonçant le paiement prochain des factures des prestataires qui ont exécuté des travaux d’entretien routier en 2020. Ce paiement attend encore des vérifications approfondies, explique cette direction dans un communiqué qu’elle a publié.

“Les travaux de vérification ont déjà commencé et toutes les factures régulières, déjà transmises au Trésor public, seront payées prochainement, et dès validation des résultats de ces vérifications par les autorités. D’autant plus, les fonds destinés pour ces paiements sont disponibles dans la caisse du Trésor public”, rassure la DGT.

Aucune date précise n’est donc encore livrée. Il n’aurait d’ailleurs aucun blocage pour ce paiement que ce soit au niveau de la DGT ou au niveau du Fonds routier, poursuit cette direction. Les prestataires attendent donc que cette fois-ci l’Etat honorera son engagement. Néanmoins, la question se pose sur la véracité de cet argument puisque les vérifications à travers le contrôle financier font partie de la procédure normale au sein de l’administration. Aucun engagement n’est autorisé qu’après avoir passé sous surveillance rigoureuse de ce service. De quelle autre vérification le DGT parle donc ici ?

Pour rappel, les factures que la DGT doit régler s’élèvent à plus d’une trentaine de milliards d’ariary, si on s’en tient aux explications des entreprises qui ont interpellé dernièrement les autorités locales. Elles sont plus de 200 entreprises à réclamer ce paiement. Ces prestataires ont indiqué avoir un besoin urgent d’argents pour pouvoir payer leurs salariés mais également pour régler les prêts qu’ils ont contracté pour les financements des travaux. Cette situation remet en tout cas en question la capacité de l’Etat à honorer ses engagements dans les contrats qu’il a conclu, d’un côté. Mais en constatant également, d’un autre côté, la somme qui est versée dans l’entretien routier, la qualité des travaux fournis laisse l’opinion perplexe.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page