EconomieActualités

Filière bovine: La réforme du système de traçabilité du bétail soutenue par le secteur privé

Une table ronde des acteurs privés de la filière bovine s'est tenue récemment. Ils ont manifesté leur soutien au nouveau système de traçabilité qui est en cours de mise en place.

Les acteurs privés de la filière bovine se disent optimistes quant à la mise en place du nouveau système d’identification et de traçabilité du bétail à Madagascar (LITS). C’est ce qu’ils ont rapporté de la récente table ronde, organisée par la direction générale de l’Elevage et la Société financière internationale (SFI) et à laquelle ont participé des abattoirs, des coopératives et de vétérinaires privés.

“Nous soutenons cette réforme. Il est d’ailleurs temps que nous avançons dans l’informatisation de notre base de données. Cette réunion nous a permis d’insister sur la nécessité de mettre en œuvre ce projet qui suit les standards internationaux”, a soutenu le président du conseil d’administration de la coopérative MADAOMBY, Tahiry Sambehafa.

L’objectif de cette table ronde a été avant tout d’identifier les préoccupations et les priorités pour ces opérateurs et de proposer des pistes de réflexion dans le but d’améliorer l’avenir et assurer la pérennité de cette filière. L’alimentation animale, le suivi sanitaire des cheptels, la gestion de l’eau et des ressources de manière durable, l’amélioration des races bovines y étaient alors abordées.

La levée de l’interdiction d’exportation, décidée à cause de l’absence d’un système de traçabilité approprié, avait également été soulevée lors de cette table ronde. « Nous ne pouvons pas exporter tant que la question de traçabilité n’est pas réglée. Notre système d’identification et de traçabilité du bétail qui repose encore sur le papier est facile à falsifier. Il n’est pas efficace pour le contrôle et le suivi des mouvements du bétail. La mise en place de ce nouveau système devra nous permettre de mettre fin à la gabegie dans la gestion de la filière bovine. Nous appelons ainsi l’Etat à avancer le plus rapidement possible avec nous dans la mise en œuvre du projet LITS», lance Tahiry Sambehafa de la plateforme MADAOMBY.

La SFI a joué le rôle de facilitateur dans ce premier dialogue fructueux. Cette institution financière apporte son soutien au projet LITS. Le renforcement de la participation du secteur privé dans le secteur formel de l’élevage figure dans la deuxième composante de son projet « Madagascar agribusiness ».

Convaincre les éleveurs dans les milieux ruraux sur l’adoption de ce nouveau système n’est cependant pas une mince affaire. Le travail s’annonce même très rude.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page