EconomieFinancesinternational

Réserve nationale: La Banque centrale à la recherche d’autres fournisseurs d’or

Les opérateurs dans la filière or sont de nouveau appelés à se manifester pour l'alimentation de la réserve nationale au niveau de la Banque centrale. Des zones d'ombre persistent toujours autour de ce projet faute de transparence.

La Banque centrale (BCM) a lancé il y a quelques jours un nouvel appel à manifestation d’intérêt (AMI), aux fins de partenariat pour la promotion de l’exportation et de la constitution de la réserve nationale d’or. L’objet est de solliciter de nouveau auprès des comptoirs commerciaux agréés et aux titulaires de permis miniers (PRE et PE) la vente de tout ou partie de leur or collecté ou extrait.

Ainsi, mis à part les seize opérateurs qui avaient été sélectionnés à l’issue du premier AMI, d’autres opérateurs sont donc appelés à se manifester. Rien n’a visiblement changé par rapport à ce premier AMI, que ce soit sur les conditions d’éligibilité des opérateurs, que ce soit pour les spécifications des produits.

Les opérateurs ciblés doivent remplir régulièrement leurs obligations administratives, fiscales et parafiscales et s’engager à rapatrier les recettes en devises et les céder sur le MID. L’or recherché par la BCM devra être sous forme de lingot, d’une épaisseur supérieure ou égale à un centimètre et d’une pureté supérieure ou égale à 950 millièmes. La BCM a déjà procédé à l’achat d’or auprès de ses partenaires, dont on ignore jusqu’à ce jour leur identité.

L’autorité monétaire justifierait cette discrétion par mesure de sécurité. En tout cas, le ministre des mines Fidiniavo Ravokatra avait parlé de 250 kilos d’or achetés par cette banque avant la fin de cette année. Personne n’est prête pour le moment à jouer la carte de la transparence sur les opérations déjà effectuées. Or les zones d’ombres autour de ce projet de constitution de la réserve nationale d’or persistent.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page