EducationActualités

Crise sanitaire: Les enseignants du privé écartent la fermeture des écoles

Malgré la multiplication des cas de Covid-19, les établissements scolaires privés n’envisagent pas de suspendre les cours. La fermeture des écoles n’est aucunement la solution pour interrompre la chaine de transmission du virus d’après les enseignants.

Depuis le début de la pandémie, nous entendons souvent dire que les enfants sont moins vulnérables. Cependant, certains parents sont actuellement dans la panique suite aux signalements des cas de Covid-19 en milieu scolaire.

Malgré tout, la plateforme des Directions nationales de l’enseignement privé (DNP) a écarté toute possibilité de fermeture des écoles. Selon le président de cette plateforme, le Père Jules Ranaivoson, la suspension des cours n’est pas une solution mais l’accent devrait être porté sur la prévention et le respect des mesures sanitaires dans la société. Des opérations de désinfection des écoles, de distribution de masques et de gels hydroalcooliques  doivent être menées. Il a aussi indiqué que le confinement a eu des conséquences néfastes sur l’éducation et les séquelles ne sont pas dissipées.

«  Les établissements scolaires font déjà de leur mieux pour préserver les élèves. La fermeture des classes n’est pas une solution car si les mesures sanitaires sont respectées en dehors des écoles, il est évident que les élèves sont aussi protégés » , a-t-il souligné.

Toujours dans cette foulée, les enseignants du privé se sentent lésés car ils ont indiqué n’avoir reçu aucune aide de l’Etat durant le confinement. La DNP a fait savoir que plusieurs établissements ont dû fermer leurs portes et des enseignants ont été licenciés, faute de moyens financiers.

« Dès le début du confinement en mars 2020, les cours ont été suspendus. Cette suspension a duré presque sept mois et sans mesures d’accompagnement dans le privé. Pire encore, les subventions pour les enseignants ainsi que l’allègement de charge parentales ainsi que le budget de fonctionnement pour les directions nationales ont été supprimées » , s’indigne le secrétaire général de la DNP, Justin Rakotoniaina. Ainsi, les enseignants du privé demandent à rencontrer le ministre de l’Education nationale, voire même le Président de la République pour lui faire part de leurs craintes.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page