EnvironnementRégions

Andina – Ambositra: L’exploitation d’amazonite détruit les rizières

Le petit village d’Ampiringa a fait parler de lui, depuis l’année dernière, à cause des litiges qui opposent les habitants de la localité à des exploitants miniers. La situation n’a pas encore connu de dénouement, mais au contraire, cela va de mal en pis, dénoncent les villageois.

Ampiringa est une localité se situant à 17 km du chef-lieu du district d’Ambositra, dans le Fokontany de Talaky, commune d’Andina, région Amoron’i Mania. L’exploitation de pierre amazonite dans ce village a commencé en 2003, si l’on se réfère aux documents existants, rapporte le docteur Raphaël Rakotozandrindrainy, maire de la commune rurale d’Andina. Depuis, de nombreux conflits se sont déclarés entre les villageois et les détenteurs de permis d’exploitation. Certains habitants ont même été emprisonnés l’année dernière, pour avoir protesté qu’on touche à leurs parcelles de terrain.

L’affaire a également été conduite auprès de la commune rurale d’Andina, où il était question de régler les litiges, en application de l’article 173 du code minier, donnant pouvoir aux autorités des collectivités territoriales décentralisées de constater l’ampleur de l’impact de tels travaux sur la santé et la sécurité publiques, ainsi que sur l’environnement, explique le docteur Raphaël Rakotozandrindrainy. Pour l’instant, les interventions n’ont donné aucun résultat.

Force est, pourtant de constater, que même l’aspect géographique de la zone exploitée a complètement changé. Cette exploitation d’amazonite a causé de nombreux dégâts, si l’on ne cite que les trous béants laissés après le passage des permissionnaires. Cette activité engendre également des impacts négatifs sur la production rizicole, car de nombreuses rizières ont été détruits ou manquent sérieusement d’eau, car l’exploitation minière passe tout près d’un canal d’irrigation, rapporte toujours le maire d’Andina. C’est pourquoi, ce dernier a déposé officiellement une demande d’audit environnemental auprès du ministère concerné.

Une descente sur le terrain est prévue prochainement, auquel vont participer le maire ainsi que des représentants de la société civile, afin d’observer de visu ce qu’il en est réellement, étant donné aussi que le dernier permis d’exploitation octroyé pour le site d’Ampiringa ne sera expiré qu’en 2023.

Ravaka Rakotomalala

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page