EnvironnementRégions

“Atiala Atsinanana”: Dix millions de crédits carbones à vendre en cinq ans

Les ressources forestières dans la zone "Atiala Atsinanana" devra lui générer des retombées financières. Les pays "pollueurs" et industriels s'engagent à acheter ses crédits carbones.

Le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF) s’engage à acheter des crédits carbones auprès de Madagascar, plus précisément dans la zone dite “Atiala Atsinanana”. L’accord de paiement y afférent vient d’être signé et c’est la Banque mondiale qui en est l’intermédiaire. Sur une période de cinq ans, de 2020 à 2024, le FCPC compte compenser la cession de 10 millions de crédits carbones.

Pour rappel, un crédit carbone est une unité équivalente à une tonne de CO2 évitée ou séquestrée et qui vaut cinq dollars. Aussi, cette vente pourra rapporter 50 millions de dollars pour la Grande île, d’après ce qu’a expliqué le ministre de l’Environnement, Baomiavotse Vahinala Raharinirina. Cette vente concerne donc la zone “Atiala Atsinanana” et touche les régions Sava, Sofia, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro et la partie nord-est de Madagascar.

Les revenus qui en découleront bénéficieront aux communautés locales, les communes et seront également affectés dans la restauration des paysages forestiers ou encore le reboisement. Leur répartition reste toutefois à déterminer, souligne ce ministre. Rien n’est d’ailleurs acquis à l’avance et la Grande île devra redoubler d’efforts pour espérer atteindre les 10 millions de crédits carbones qu’elle pourra vendre.

La réduction d’émissions de carbone dans cette zone doit passer par l’amélioration de la gestion des zones forestières, l’optimisation des systèmes de production, la promotion d’énergie respectueuse des ressources forestières, le reboisement et la restauration des surfaces forestières dégradées. En tout cas, la rentabilité de ce “business” environnemental devra encourager à préserver et à augmenter les ressources forestières qui restent. 100 000 hectares de forêts disparaissent encore annuellement. Une situation résultant des différentes pressions comme les feux de brousse, les coupes ou encore l’exploitation illicite des ressources forestières.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page