EnvironnementActualitésRégions

Déforestation : Situation très critique dans l’aire protégée de Menabe Antimena qui comprend la célèbre Allée des Baobabs

Les environnementalistes lancent un cri d'alarme. La couverture forestière du Menabe Antimena risque totalement de disparaitre d'ici quelques années si des mesures ne sont pas prises pour freiner la déforestation.

La situation est très inquiétante dans le Menabe Antimena (APMA). Ça ne prendrait plus que quatre ans pour que la couverture forestière de cette aire protégée disparaisse complètement, au rythme de sa dégradation actuelle. Rien qu’en 2020, 13.000 hectares de forêt ont été détruits, rapporte l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID).

Cette agence américaine tire la sonnette d’alarme et lance un appel à la mobilisation générale de tous les acteurs concernés. Elle invite l’Etat, les bailleurs de fonds environnementaux, les ONG, les forces de l’ordre locales, les organisations de la société civile et les citoyens concernés à se joindre à la lutte pour sauver cette aire protégée.

“Il nous faut agir. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cette aire protégée qui comprend la célèbre Allée des Baobabs, abrite de nombreuses espèces uniques de plantes et d’animaux, constitue une attraction importante pour l’industrie du tourisme et fournit de nombreuses ressources aux communautés locales”, lance l’USAID.

Le cas de cette aire protégée n’est malheureusement pas isolé. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) avait classé Madagascar dans les 24 “fronts de déforestation”, c’est-à-dire parmi les régions qui présentent une concentration importante de points chauds de déforestation et où des surfaces importantes de forêts restants sont menacées. Les principaux moteurs de la déforestation sont la conversion de zones forestières pour l’agriculture à petite échelle, la culture sur brûlis, le charbonnage et la coupe pour le bois de chauffe ainsi que les incendies incontrôlés et les feux de brousse.

Le WWF avait déjà recommandé la vulgarisation du suivi public de la déforestation et l’extension des droits fonciers aux communautés qui gèrent et protègent les forêts. Ce fond mise également sur des partenariats public-privé pour encourager l’utilisation et la gestion durable des forêts ou encore le soutien pour des moyens alternatifs de subsistance pour les communautés locales.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page