Marc Ravalomanana appelle à la libération des manifestants arrêtés le 20 février

L’ancien président a effectué une déclaration, ce 25 février. Marc Ravalomanana dénonce les "abus de pouvoir" perpétrés par les dirigeants actuels, tout en appelant à la libération des manifestants emprisonnés à la suite des événements du 20 février dernier.

La situation actuelle a poussé l’ex-président, et actuel leader de l’opposition, à sortir de son silence. Dans une déclaration, Marc Ravalomanana dénonce tour à tour les formes d’abus d’autorité qu’il a noté au cours des derniers temps. A commencer par l’emprisonnement de 11 personnes qui ont voulu assister à un rassemblement avorté de l’opposition, samedi 20 février dernier.

« Ils n’ont rien fait d’illégal » soutient l’ancien président qui exige ainsi leur libération « sans condition ».

Marc Ravalomanana a également condamné la récente répression qui a provoqué un mort par balle lors d’une manifestation estudiantine à Toamasina, ainsi que le déploiement d’éléments des forces de l’ordre munis d’armes de guerre lors de la tentative de rassemblement des députés de l’opposition samedi dernier dans le centre de Tanà.

Il a aussi dénoncé les tracasseries administratives et judiciaires dont est victime la station audiovisuelle MBS, pour avoir diffusé l’émission « Miara-manonja » animée par les députés et des hommes politiques de l’opposition, sans oublier de mettre l’accent aussi sur les sabotages techniques. « La démocratie et la liberté d’expression sont bafouées », affirme Ravalomanana.

Le leader de l’opposition a, en outre, attiré l’attention de tous sur les intimidations dont il fait l’objet. Car, depuis plusieurs semaines, des membres des forces de sécurité sont postés près de son domicile à Faravohitra pour suivre de près les allées et venues des personnes qui s’y rendent.

Marc Ravalomanana estime, par ailleurs, que les dirigeants devraient plutôt se focaliser sur la « recherche de solutions aux difficultés quotidiennes de la population » au lieu de s’acharner sur les opposants.

Exit mobile version