Politique

Ambohijatovo : La place du « père de la démocratie »

La place d’Ambohijatovo est désormais dédiée à la mémoire de l’ancien président Albert Zafy.

A défaut d’avoir été la « vraie » place de la Démocratie, Ambohijatovo est devenue depuis le 13 octobre la place Albert Zafy, l’ancien président reconnu par consensus comme étant le « père de la démocratie ». Une statue à son effigie trône désormais dans ce jardin situé dans le centre d’Antananarivo.

Une cérémonie en l’honneur de l’ex-Chef d’Etat, décédé en octobre 2017, s’est tenue en présence de son épouse, Thérèse Zafy, et des représentants des différentes institutions du pays. Une exposition et une série de conférences sont programmées jusqu’au 18 octobre prochain.

« Ambohijatovo est intimement liée au professeur Albert Zafy », explique l’un de ses anciens proches collaborateurs et membre de sa famille, Serge Zafimahova.

En 1993, c’est sur la même place qu’Albert Zafy a tenu son grand meeting électoral, avant de briguer la magistrature suprême. Il était l’un des principaux meneurs du mouvement populaire de 1991 qui a mis un terme à une dizaine d’années de Révolution socialiste dans la Grande Ile. La Troisième République qu’Albert Zafy a largement contribué à mettre en place a instauré le multipartisme et la liberté des ondes ainsi qu’un pouvoir renforcé du parlement. Il en a été lui-même la principale « victime », car obligé de quitter le pouvoir à la suite d’une motion d’empêchement votée par l’Assemblée Nationale de l’époque.

Après avoir quitté le pouvoir en 1996, l’homme “au chapeau de paille” retrouve Didier Ratsiraka au second tour de l’élection présidentielle en 1997, et a accepté le verdict de sa défaite malgré des anomalies au cours du scrutin et durant le décompte des voix. Cette élection a permis le retour de l’ancien amiral « Rouge » au pouvoir. Ces péripéties ont fait d’Albert Zafy l’homme qui n’affiche pas le goût du pouvoir « à tout prix ».

La place d’Ambohijatovo a été consacrée « Place de la démocratie » par Andry Rajoleina, l’actuel président, quand il était maire de la capitale en début 2009. Ces événements précédaient le coup d’Etat qui allait le propulser au devant de la scène. Une fois bien installée au pouvoir, l’équipe d’Andry Rajoelina a interdit les manifestations sur la place d’Ambohijatovo. Une « place de la démocratie » qui ne l’était plus que de nom, avant d’être attribuée actuellement au père de la démocratie.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page