Politique

Conjonctures : Le régime s’enfonce dans le déni de la démocratie

Une nouvelle fois, les autorités empêchent un rassemblement de l’opposition, en vue d’un rapport d’activité des parlementaires.

La situation a été rocambolesque. Des éléments des forces de sécurité armés de fusils d’assaut et des éléments de la police anti-émeute ont bloqué l’accès des parlementaires de l’opposition à la place du Magro d’Antsirabe.

Ce n’est pas la première fois que ce genre de décision est pris. Cette fois-ci, c’est le gouverneur de la région Vakinankaratra, Vy Vato Rakotovao, qui a été montré du doigt.

« Un rapport d’activité fait partie de la mission d’un parlementaire élu au suffrage universel direct », a expliqué le député d’Antsirabe, Jean François Michel. Mais les autorités ne l’entendent pas de cette oreille.

Au final, c’est dans la rue que les échanges avaient eu lieu. Faute d’accès à la place du Magro. Les parlementaires de l’opposition ont saisi l’opportunité pour un défilé dans la rue de la ville d’eau et pour dénoncer le comportement des autorités. Les forces de sécurité n’ont pas opté, à juste titre, pour la répression à tout va, malgré une tentative d’arrestation. On a ainsi évité le pire.

Dans le déni de la démocratie, le régime prend des initiatives souvent incompréhensibles. « Laisser les parlementaires effectuer un rapport d’activités, en s’adressant directement à la population dans un lieu clos, ne constitue en rien une menace pour les dirigeants », a affirmé Hanitra Razafimanantsoa.

A Antsirabe, plusieurs membres de l’opposition ont effectué le déplacement pour soutenir politiquement et psychologiquement les parlementaires. Des élus du TIM et du HVM ont fait comprendre que la démarche sera maintenue, malgré les incidents des derniers jours.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page