Régions

Changement Climatique et insécurité alimentaire: Le Grand-Sud paie le plus lourd tribut

Les surfaces végétalisées, dans l’extrême Sud de Madagascar, ont connu une diminution notable entre 2018 et 2021, tandis que les surfaces en sol nu ou peu végétalisées ont largement augmenté. C’est le grand constat qui a découlé d’une observation effectuée par l’ONG Action Contre la Faim, en collaboration avec CartONG. C’est la conséquence dramatique du phénomène des vents de sable qui ont frappé le Grand-Sud de l’île depuis l’année dernière.

Le Sud de Madagascar est actuellement en proie à une crise alimentaire sans précédent, la plus dramatique connue depuis 10 ans, selon le Programme Alimentaire mondial (PAM). Nombreux en sont les raisons, mais on va citer deux épisodes de sécheresse qui ont grandement affaibli les régions d’Atsimo Andrefana, Androy et Anosy, en 2020 et en 2021 ; ainsi que le phénomène « tiomena ». Ce dernier se présente sous forme de vents de sables. Ils  ont soufflé particulièrement fort et de manière récurrente ces deux dernières années, ont asséché les cultures et ensablés les sols, depuis Amboasary jusqu’au sud de Beloha.

Afin de mesurer l’ampleur des dégâts causés par les vents de sable, l’ONG Action Contre la Faim a effectué des observations sur le terrain, en collaboration avec CartONG, spécialisé dans les données géographiques. Les études se sont concentrées dans la région d’Androy, couvrant une surface de 7 200 km². Ainsi, il a été constaté qu’en février 2019, 98% des terres agricoles étaient des sols végétalisés et 2% étaient en sols nus ou peu végétalisées. Les choses se sont pourtant inversées en février 2021, car actuellement, 96% des terres agricoles sont en sols nus ou peu végétalisés tandis que seulement 4% sont végétalisées.

Il est indéniable que le Sud de Madagascar est fortement impacté par le changement climatique. D’après les analyses de l’ONG AVAHI, portant sur les enjeux du changement climatique à Madagascar, ainsi que sur l’insécurité alimentaire, plus d’un million de personnes habitant le Grand-Sud sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire grave.

Ravaka Rakotomalala

Afficher plus

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page